Préparation des écrits des concours


Bonjour, 

C'est un moment important qui s'annonce pour tous les élèves qui vont présenter les concours cette année. 

Entre un mois et six semaines nous séparent des concours et des périodes de révisions intenses s'annoncent. 

Gestion du stress

La première chose à prendre en compte, c'est bien que cette période de révision ne serait rien sans les 18 mois ou 30 mois qui précèdent. 

Vous pouvez vous mettre dans un état de stress incroyable pour vos révisions, ça ne change rien : c'est une préparation bien plus conséquente qui vous a amené là. 

Quand je veux aller plus loin dans cette prise de recul, cette remise en perspective, j'ajoute que c'est toute votre scolarité qui pose les fondations de la préparation au concours. 

L'objectif de ces quelques remarques, c'est de permettre de réduire le stress lié à "la dernière ligne droite". 

C'est la dernière ligne droite, certes, mais vous pouvez l'aborder sereinement parce que le plus gros du travail est déjà fait. 

Organisation du travail

Vous avez entre un mois et six semaines de travail jusqu'aux écrits des concours. Les cours s'arrêteront peut-être trois semaines avant la première épreuve. Ce temps, vous souhaitez le mettre à profit pour réviser au mieux. 

Au lieu de vouoir "tout faire" je vous invite à prendre le temps de faire la liste de tout ce qui serait important pour vous et de classifier entre les *, ** et ***. Ensuite, vous répartirez ce qui est le plus important pour vous au fur et à mesure des jours disponibles - pour à peu près un tiers du temps disponible pour travailler ce jour-là. 

C'est ce que vous vous fixerez d'avoir impérativement fait ce jour-là. Le reste sera facultatif. Ainsi, vous avez fixé vos priorités : à la fin de la période de révisions, vous aurez l'assurance d'avoir fait ce qui est vraiment indispensable à vos yeux.

Chaque jour, vous aurez en tête l'indispensable, le plus important, l'impératif... et vous aurez quand même les deux-tiers du temps disponible pour choisir de faire ce que votre intuition ou votre envie du moment vous dictera.

 

Par quoi je commence ?

Le plus difficile, pendant les périodes de révisions ou de vacances, c'est de savoir par quoi on commence. C'est assez normal puisque l'on voudrait tout faire en même temps, revoir les cours mais aussi chercher les exercices. Faire la physique mais aussi les maths. Travailler l'éco mais aussi la culture générale. Revoir les lettres mais aussi la philo. 

Ce que je voudrais vous proposer, c'est de commencer par l'exercice précédent, qui consiste à identifier ce qui doit impérativement être fait à la fin de la période de révisions et de le répartir sur les journées disponibles. 

Ensuite, à l'échelle de la journée ou de la demi-journée, vous pouvez vous sentir beaucoup plus libre de faire ce que vous voulez. Suivre votre envie ou votre intuition. 

Vous pouvez démarrer chaque matin par ce qui est indispensable, le *** que vous avez identifié pour ce jour-là ou au contraire, savoir que vous avez largement le temps de le faire dans la journée (c'est prévu pour 1/3 du temps) et que vous avez besoin de démarrer par quelque chose qui vous plait. 

Points forts ou points faibles ?

Il faut arrêter de passer sa vie à travailler ses points faibles. Certes, vous ne ferez pas l'économie des maths si vous vous sentez en difficulté et que vous êtes en maths spé ou en prépa ECS2...

Mais comment gérer ces difficultés ?

Si vous avez l'énergie et l'envie de vous accrocher, d'y arriver et que ce défi que vous vous lancez à vous-même vous suffit pour avancer chaque jour sur les matières qui vous posent problème, tout se passera bien. 

Si à l'inverse, le seul fait de penser à ces matières difficiles vous fait perdre 2 heures avant de vous y mettre, je vous invite à être stratégique : 
  • Commencez par travailler vos points forts
    • ce sont les matières qui peuvent vous rapporter le plus de points
    • c'est trop dommage d'être moyen dans une matière où vous pourriez être excellent(e)
    • les notes des concours s'étalent de 0 à 20 donc un "14" pendant l'année peut devenir un "18" au concours donc même une matière secondaire devient un atout important
    •  Vous rechargez ainsi votre réserve d'énergie, confiance en vous, motivation...
  • Ensuite, insérer une période courte de travail sur les matières difficiles. 
    • Si la durée habituelle de travail qui vous convient est d'1h30, contentez-vous de 45 minutes à une heure.
      Si vous travaillez volontiers sur des périodes d'1h, contentez-vous de 30 minutes
  • Reprenez les activités qui vous redonnent de l'énergie, de la motivation, voire du plaisir...
Vous mettez ainsi "en sandwich" les activités qui posent des difficultés entre deux sujets qui vous plaisent ou qui vous apportent plus de satisfaction.

Cette méthode vous permettra :
  1. de vous mettre au travail beaucoup plus rapidement
  2. d'allonger largement vos périodes de travail
  3. de garder et de nourrir votre énergie pour continuer dans la durée

Au moment des épreuves

Si possible, ce n'est pas le moment de changer vos habitudes. 
 
Lors de mon année de spé 3/2, j'était au Lycée Pothier à Orléans qui était centre de concours, les épreuves écrites des concours ne changeaient donc rien à mon organisation quotidienne. C'était peut-être un peu dommage, parce que ça ne donnait pas vraiment l'impression de réellement passer autre chose qu'un énième DS ou concours blanc, mais ça avait cet avantage d'assurer que le quotidien se passait bien : repas, repos, trajet jusqu'au centre de concours...

A l'inverse, l'année suivante, j'étais interne au Lycée Lakanal à Sceaux et le centre de concours était à Vincennes. Avec un ami de l'internat, nous avions prévu de prendre une chambre plus près du centre de concours. Ce n'était pas du tout adapté : l'hotel était vétuste et j'avais du mal à respirer à cause de mon allergie à la poussière / asthme... nous n'étions pas dans notre environnement habituel et ça rajoutait du stress au stress.

Nous avons donc décidé de revenir à l'internat dès la deuxième nuit. Il fallait gérer le risque de prendre les RER B puis RER A et d'être à l'heure aux épreuves malgré d'éventuels retards, mais ça nous permettait de dormir dans nos chambres. 

Je dois dire que passer les épreuves au centre de Vincennes pouvait être impressionnant, vu le nombre de candidats, mais ça donnait un caractère solennel au passage des épreuves écrites des concours.

Puis le moment du choix est venu d'aller passer Polytechnique/ENS ou les concours communs polytechniques (les ENSI) qui avaient lieu en même temps. Les petites salles du concours X/ENS marquaient également la différence avec les autres banques d'épreuves. 

Si ma mémoire est bonne, nous sommes aussi allés passer les épreuves du concours Centrale/Supélec dans les locaux de Centrale Paris puisqu'à Lakanal nous venions en voisins... c'était tout à fait différent également, d'une quatrième semaine dans les salles d'examens du Lycée Pothier. 

 

Les épreuves

Prévoir d'arriver largement à l'heure, c'est-à-dire en avance, ça me semble indispensable, non seulement pour être détendu et éviter d'ajouter du stress au stress... mais également parce qu'on est jamais à l'abri d'un contre-temps, d'une erreur dans le trajet, d'un métro arrêté ou d'une route embouteillée. 

Pour l'anecdote quand je me suis présenté à la gare de Bercy la semaine dernière pour mon train de 7h02, j'ai découvert sur place que la gare était fermée pour le week-end et les trains reportés à gare de lyon. J'avais 20 minutes d'avance et ça m'a permis de prendre mon train quand même et d'éviter de perdre mon billet et de devoir revoir toute l'organisation de la journée. 

Je vous invite également à "ne pas faire les malins". Pour les épreuves orales du concours de l'école Navale, j'ai voulu descendre la rue du Ranelagh où j'étais hébergé jusqu'au RER au bord de la Seine à roller. J'ai commencé ma journée d'épreuves orales du concours par une majestueuse chute. Je n'étais pas tout à fait au meilleur de ma forme avec le genou en sang pour chercher ensuite exos de maths, exos de physique, entretien d'anglais et entretien avec l'Amiral...

Vous trouverez plus de témoignages et de conseils pour les oraux ici : 

Si vous avez des remarques ou des questions, j'attends vos commentaire ou vos mails à gabrielbrabant (arobase) yahoo.fr

Si vous souhaitez prendre rendez-vous pour un accompagnement personnalisé ou des précisions sur ces outils de gestion du temps, des priorités et du stress ou pour tout autre difficulté que vous avez à résoudre, vous pouvez me joindre au 06 33 85 53 27

Bon courage

Gabriel 



Gabriel Brabant est l'auteur et coach de ce blog. Il accompagne les élèves des classes prépas à retrouver confiance en eux et motivation pour surmonter les difficultés qu'ils/elles rencontrent...

Commentaires