jeudi 5 avril 2018

Surdoué, les classes prépas m'ont cassé

Bonjour, 

A la suite du documentaire de Marie Drucker pour Infrarouge : Le courage de grandir (disponible en replay jusqu'au mardi 10 avril 2018) je dois me rendre à l'évidence : 

Surdoué, les classes prépas m'ont cassé. 

Je ne savais pas que j'étais surdoué. Je ne savais peut-être même pas ce que c'était. D'ailleurs ça n'existe déjà plus, on dit désormais EIP pour "enfant intellectuellement précoce". J'avais 9,1/10 en CM2, 19,5/20 en maths en 3e mais je pensais que c'était parce que je travaillais régulièrement. 

Ma mère nous y avait aidés, moi et ma sœur : après le goûter, nous faisions nos devoirs avant d'aller jouer. 10 à 20 minutes au primaire. Régulièrement 2 heures et plus au collège. Des bonnes notes partout jusqu'au bac.

Les classes prépas ont tout cassé. 

La rentrée de la maths sup s'est plutôt bien passée. Plusieurs mois plus tard, mon prof de maths me dira que mes résultats étaient même bien au-dessus de ce que pouvais laisser attendre mon dossier scolaire. 

Moi, je ne le savais pas. 

Tout ce que j'ai vu, dès le premier DS, c'est la note. Le classement, dans la classe, était plutôt bon, même s'il m'a fallu plusieurs années pour le comprendre : j'étais 16e. Par contre, 9,5 ou quelque chose comme ça, comme note, ce n'était pas "possible". 

Emotionnellement, en tout cas, c'était très difficile à gérer. 

Rapidement, aussi, la quantité de maths et de physique à ingurgiter ont fait que j'étais à saturation : je n'avais tout simplement plus envie. J'avais surtout envie "d'autre chose". 

L'année s'est passée tant bien que mal. Avec de grands moments de découragement et d'autres où je me suis "accroché" comme ces vacances de Pâques où j'ai passé des journées entières dans mon lit avec mes bouquins de thermodynamique. 

Avec ces efforts et un dernier coup de collier pour un DS de maths "récapitulatif" depuis le début de l'année avec un gros coefficient pour la moyenne du trimestre, j'ai obtenu mon passage en classe étoile. 

Erreur. 

Entrer parmi les derniers en classe étoile est une très mauvaise stratégie pour l'année de spé 3/2. J'ai souffert toute l'année. Je n'ai pu bénéficier de la situation qu'en la dépassant en faisant 5/2 à Lakanal. Je ne pense pas que j'aurais été pris en 5/2 en PSI* dans un lycée comme Lakanal si je n'avais pas fait la PSI* de Pothier. 

Par contre, à niveau égal en sortie de sup, si j'avais pu faire une année de spé à un rythme mieux adapté pour moi, j'aurais pu obtenir de bonnes écoles dès la 3/2. J'ai surtout mis beaucoup d'années à renconstruire ce qui avait été abîmé par cette année difficile. 

En effet, passer l'année à être dépasser par le rythme, le travail à faire, les cours difficiles à suivre, les DS à faire malgré tout et les notes qui vont avec comme 3,5/20 et 38e sur 42... ça n'encourage pas à garder confiance en ses capacités de travail et de réussite. 

Enfin, c'est ce qui fait que je témoigne depuis presque 10 ans de ce qui se passe en prépa, que je propose d'être cette personne tierce - ni parent, ni prof - pour faire le point sur la situation, prendre du recul et trouver des solutions. L'accompagnement et les outils du coaching permettent de définir des stratégies et des actions concrêtes, au quotidien, pour éviter de "subir" un environnement trop  stressant et un rythme trop rapide. 

Quels sont vos outils à vous ?
  • êtes-vous le pro de la régularité et du travail au jour le jour ?
  • êtes-vous tout le temps "à la bourre" mais avec des résultats qui suivent ?
  • avez-vous gardé une activité sportive pour évacuer le stress chaque semaine ?
  • à moins que ce soit une pratique musicale qui vous détend ?
Je crois que la clé, c'est vraiment de faire les classes prépas dans les domaines et les matières qui vous passionnent. De garder du recul en conservant des liens avec sa famille, ses amis et en gardant quelques activités "ressources" dans la semaine. De rester ouvert sur les écoles et les cursus que vous pourrez obtenir en "faisant de votre mieux". 

 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser un commentaire !

Gestion du stress pour les oraux

Bonjour,  Pour les oraux des concours qui arrivent, vous sentez-vous prêts ? Pour les colles, au fil de l'année,  avez-vous e...