samedi 3 décembre 2011

Des résultats et un atelier de coaching

Bonjour,

Proposer un accompagnement aux élèves des classes prépas pour surmonter les difficultés qu'ils rencontrent, c'est bien.
S'assurer que cette démarche produit les résultats souhaités, c'est mieux.

Après les premières semaines d'accompagnement des élèves et de réflexion sur :
- une meilleure organisation,
- des éléments pour augmenter leur confiance en eux,
- l'identification de leurs points forts et de leurs atouts,
- la mise en place d'une stratégie de réussite et d'un plan d'action concret
les premiers résultats sont là.

Ainsi, à son dernier devoir de Chimie, Thomas*, élève de 5/2 en PC*, est 4e de sa classe. Ce résultat est significatif et lui permet de retrouver toute l'énergie dont il a besoin pour continuer de progresser aussi en maths et en physique. 

De son côté, Mathieu*, élève de maths sup MPSI à Hoche, est désormais dans les 15 premiers de sa classe, après un démarrage de l'année difficile puisqu'il avait raté le premier DS et s'était classé 37e. 

A tous, je vous souhaite bon courage pour le mois de décembre en attendant les vacances de Noël. Pour celles-ci, faites des projets de révision "raisonnables" du fait du caractère particulier des contraintes familiales ou festives qui peuvent venir vous "voler" beaucoup de temps. 

Ayez plutôt à coeur de vous reposer pour trouver toute l'énergie dont vous avez besoin pour les mois de janvier et février qui sont les plus difficiles pour la plupart d'entre-vous. 

Enfin, si les résultats des premiers mois de l'année ne sont pas à la hauteur de ce que vous attendiez, je suis à votre disposition pour faire le point. En particulier, je propose un atelier en groupe le 

Mardi 20 décembre à 10h
Mieux réussir en prépa
Atelier coaching de 2h30

lieu proche de Denfer-Rochereau précisé sur inscription
tarif : 30 euros

C'est l'occasion de découvrir les outils que je peux proposer pour un tarif tout à fait abordable. 
Le nombre de participants est limité à 12. 

Travaillez bien !

Gabriel

gabrielbrabant (at) yahoo . fr




* les prénoms ont été changés

mardi 8 novembre 2011

Complément d'enquête - France 2 - 3 novembre 2011

Prépas : Marche ou crève ! Un reportage de Jean-Karl Lambert

Bonjour,

Il y a quelques semaines, j'ai été contacté par Jean-Karl Lambert, journaliste de France 2,  pour son reportage au sujet des élèves en classes prépas : "Le système Classes Prépas et Grandes Ecoles" m'a-t'il annoncé.

lundi 3 octobre 2011

Stress en prépa : Elèves, parents, pour qui est-ce le plus dur ?

Abbaye de Lerins


Bonjour,

Le mois d'octobre arrive avec les premiers résultats... et les premiers appels de parents inquiets.

Stress, fatigue ou résultats trop faibles par rapport aux attentes, tels sont les enjeux abordés.

Pour qui est-ce le plus dur ?

En effet, les jeunes sont dans leur quotidien, ils font du mieux qu'ils peuvent. Ils bossent - ou pas - en fonction de leur motivation, de leur énergie.

Les parents, par contre, sont "impuissants". Ils voient leurs enfants bosser - ou pas - et ne peuvent pas vraiment les aider.

J'ai le souvenir de cette mère, médecin, qui me disait l'année dernière :
"Il ne doit pas bosser assez, je ne le vois pas rentrer "assez crevé" le week-end."

De ce point de vue-là, je ne peux pas vous aider : il me semble qu'un élève qui se repose suffisamment a plus de chance de réussir qu'un élève fatigué, déconcentré, peu attentif, et bientôt... déprimé ?

Évidemment, les "bêtes de travail" ne rentrent pas dans cette catégorie. Un élève qui bosse 16 heures par jour et qui tient le coup a bien évidemment un avantage concurrentiel sur un élève qui a besoin de beaucoup de pauses.

Je dis simplement qu'à capacités de travail égales, un élève reposé, motivé et confiant en ses compétences sera bien plus efficace que le même élève à bout de forces.

A vos starting blocks, prêt, feu, partez !

Gabriel

PS : Il semble que certains ont commencé la course avant vous, avec un programme de terminale bien rempli, ou des parents férus de culture latine ou médecins eux-mêmes. Qui a dit que nous partions avec les mêmes chances en début de Sup', d’hypokhâgne ou de médecine ? Personne.

lundi 12 septembre 2011

Et vous, pourquoi êtes-vous en prépa ?




Bonjour,

Je me souviens très bien d'être allé en prépa parce que je voulais intégrer Centrale Paris puis aller bosser pour la NASA.


Ensuite, j'ai oublié tout cela pendant les classes prépas. 

D'abord parce que Centrale Paris m'a semblé un moment inaccessible. Plus tard, quand il a fallu choisir, parce que j'avais le choix entre Telecom Bretagne et l'INT (devenue Telecom Sud Paris). 

- Enfin, ça, c'était la "bonne année", parce que l'année précédente, c'était plutôt l'ESTP, l'ISEP et des écoles à Strasbourg ou Grenoble dont je n'avais jamais entendu parlé. -

Pourtant, j'ai retrouvé mes premières amours en troisième année de Telecom : je suis allé à Londres pour un Master de Technologie spatiale et communications satellites au University College London. 

J'y ai appris la résistance des matériaux pour les fusées et les trajectoires pour lâcher des satellites en orbite. 

Quand je suis rentré de Londres, en septembre 2003, c'était la crise, ou l'après-crise... de l'éclatement de la bulle internet - ou du 11 septembre - selon la manière dont on relit l'histoire... :

- il n'y avait pas d'opportunités professionnelles dans l'aéronautique
- je voulais "tout sauf travailler dans la technique"...

Maintenant, tout cela semble bien loin. Comme tout le monde, j'ai fini par travailler dans des environnements informatiques, commerciaux, de système d'information des grandes banques; voire des trois. 

Enfin, en 2005, j'ai rencontré une Coach et j'ai commencé à me centrer sur ce que j'aimais et ce qui pouvait devenir une activité professionnelle pérenne.

Ça m'a permis d'arrêter d'osciller entre des périodes de "Cours Florent", "Voyage en Australie", "Grandes vacances" et "boulot qui ne me convient pas"

Dès 2007, j'ai entamé une formation d'Analyse Transactionnelle, proche des enjeux du Coaching. Lorsque ma mission chez BNP Paribas s'est arrêtée avec la crise financière des subprimes, j'ai pu lancer mon activité comme indépendant, grâce à ces nouvelles compétences.

C'est ainsi qu'est né Coaching Classes Prépas, puis Talents, Etudes, etc en 2008. Depuis, de nombreuses offres ont été créées. De nombreux sites se sont développés : d'information, d'aide, de forums... Des livres ont été publiés. Le sujet n'en fini pas de nourrir les controverses, sans vraiment aller jusqu'à la rélfexion que propose Albert Jacquard depuis tellement d'années, sur le manque de créativité des étudiants issus du "Système Prépa" à Polytechnique, par rapport à leurs homologues Chercheurs à Zurich. 

Pour cela, il compare le nombre de prix Nobel. Ce que n'est pas très juste pour les Polytechniciens, parce que n'est probablement pas l'objectif qu'ils avaient en entrant à l’École : Prestige et pouvoir associés aux "Grands Corps d’État"...

Ce qui me m'amène au titre de mon article : et vous, pourquoi avez-vous choisi d'entrer en prépa ? Pourquoi êtes-vous là ?

Vous y sentez-vous bien ? Trouvez-vous du plaisir à étudier toutes ces matières ? Vous souvenez-vous de ce qui vous avait donné envie de tenter l'aventure ?



Bonne question ?

à bientôt, 

Gabriel

Mode d'emploi de la prépa

Bonjour,  C'est à vous de faire votre propre "mode d'emploi" de la prépa selon ce qui "marche" pour vou...