jeudi 26 mars 2009

Entraide en prépas

En fait, je me suis rendu compte cet semaine que j'étais en train de passer à côté de mon objectif principal. 

En effet, j'ai créé ce blog comme vitrine internet pour mon offre de coaching et d'accompagnement des élèves en classes prépas.

Cette offre s'adresse aussi aux élèves de lycée qui réfléchissent à leur orientation (est-ce que je fais une prépa ou non ?) ainsi qu'aux étudiants d'universités et d'écoles.

En fait, mon objectif principal, c'est de faire passer le message que c'est normal de rencontrer des difficultés en prépa. Même les premiers de classe peuvent avoir des moments de doute. Et surtout, chacun, à son niveau, peut améliorer ses méthodes de travail et son organisation pour réussir encore mieux. 

Le message des profs et des autres élèves semble être : "il faut se débrouiller tout seul". 

Premier contre-exemple : les élèves internes dans les lycées prestigieux travaillent ensemble et ils intègrent les meilleures écoles. C'est normal, travailler ensemble apporte à la fois l'émulation et le soutien dans les moments difficiles. 

Par contre, il peut y avoir un vrai phénomène d'isolement pour un(e) élève qui rentre chez ses parents le soir et essaie de faire ses DM seul(e). A cause de la prépa, il/elle n'a plus beaucoup de temps pour ses autres amis, qui ne comprennent pas forcément ce qu'il/elle vit. Il/Elle se sent alors seul(e) face aux difficultés et croit qu'il faut se débrouiller tout seul. 

Au contraire : il faut demander de l'aide. Il faut chercher les DM à plusieurs : on ne bute pas sur les mêmes questions. Il faut pouvoir parler des difficultés que l'on rencontre, avant de tout laisser tomber ou de continuer, mais découragé(e). 

L'objectif de ce blog et de mon offre d'accompagnement, c'est de dire qu'il est normal d'avoir des moments de découragement, des pertes de motivation et l'envie parfois de tout arrêter. Par contre, il n'est pas normal que ce soit tous les jours et il faut réagir le plus tôt possible pour garder confiance en soi et continuer son travail sereinement. 

Je suis à votre disposition pour en discuter et pour voir ensemble ce que nous pouvons faire pour améliorer la vie en prépas et aider des élèves en difficulté. 

gabrielbrabant@yahoo.fr


lundi 23 mars 2009

Les concours arrivent !

Avec la fin du mois de mars, les choses se précisent : les concours arrivent dans quelques semaines.

C'est l'occasion d'organiser son travail pour les révisions, de prévoir un séjour au calme avec un "binôme" pour réviser pendant les vacances...

ou de laisser le stress et l'inquiétude monter...

Et vous dans quel état ça vous met ?

Gabriel

jeudi 19 mars 2009

Les difficultés en prépas et l'intérêt du Coaching, le témoignage de Michaël

Je reprends ici une partie du texte de Michaël publié en réponse à un commentaire. Son témoignage illustre les difficultés et les situations d'échec rencontrées en prépas ainsi que le gain que l'on peut tirer d'un accompagnement.

Michaël : "Je suis actuellement enseignant chercheur à l'université et j'enseigne aussi en école d'ingénieur. Enfin j'ai donné des colles en classes préparatoires. Au niveau de mon parcours académique, après les classes préparatoires, j'ai intégré une école d'ingénieur et je suis docteur de l'Université. Je pense donc avoir une petite idée de ce que vivent les étudiants dans les différents milieux éducatifs (classes prépas, université, écoles d'ingénieurs), que ce soit du point de vue de l'enseignant ou de l'élève.

D'après mon expérience, une des principales causes d'échec en classe préparatoire n'est pas le fait de ne pas adopter une attitude "proactive" mais plutôt :

1) la mauvaise organisation de son travail et de son temps de repos
2) la mauvaise gestion du stress
3) la perte de motivation
(pourquoi je devrais passer mon temps à travailler alors que je ne sais même pas pourquoi je suis là ?)

Les élèves n'ont pas l'habitude de se poser ce genre de questions, mais je pense que comprendre la raison pour laquelle on est là, et connaître les possibilités de réorientation en cas d'échec, peuvent permettre d'augmenter notablement la motivation d'un élève et de diminuer son stress.

D'autre part, lui apprendre à organiser son travail et son temps de repos peuvent améliorer nettement son efficacité. De plus les classes préparatoires ne sont pas une fin en soit et je suis sûr que tu connais au moins quelques exemples de brillants élèves qui ont intégré de très bonnes écoles et qui se sont fait virer ou qui sont partis de leur plein gré car ils ne savaient vraiment pas ce qu'ils faisaient là."




mercredi 18 mars 2009

Motiver un élève à utiliser mes services ?

"Penses-tu que ton parcours académique et professionnel pourrait motiver un élève ayant un minimum de prétention à utiliser tes services (payants je pense)?"
me demande Anonyme dans son commentaire.
Je le remercie pour cette question. Il m'a permis de réfléchir sur la pertinence de mon offre. Je complète ici ma réponse sur les points suivants:

1) C'est bien mon parcours - en particulier mon expérience des classes prépas - qui peut motiver un élève à utiliser mes services

2) Je m'adresse à tous les élèves qui ont besoin d'aide et qui se reconnaissent dans les situations décrites dans ce blog

3) Mes services sont payants parce que c'est désormais mon métier.

- - - 

Ma réponse initiale, en 2009 :

1) Ce n'est pas mon parcours qui peut motiver un élève pour utiliser mes services, mais son besoin, ses difficultés et son envie de trouver de l'aide ou des solutions. Ensuite, l'adéquation de mon offre pourra le convaincre de faire appel à moi. Il pourra aussi s'adresser à son réseau pour trouver un coach qui lui sera recommandé...

2) Je ne m'adresse pas aux élèves "avant un minimum de prétention". Ceux-là savent se débrouiller tout seul, ils n'ont pas de problème de confiance en eux, ils visent les meilleures écoles et feront les métiers qui "rapportent le plus"...
Au contraire, je m'adresse aux élèves qui se remettent en question, qui doutent et qui ont besoin de prendre du recul, de sortir des critiques et des mauvaises notes pour mettre les choses en perspective.

3) Mes services sont payants parce que j'y consacre tout mon temps. Un élève qui souhaite être accompagné pourra demander à ses parents de financer sa démarche. C'est moins coûteux que d'arrêter pour faire autre chose l'année suivante ou de finir ses études pour se rendre compte qu'elles ne mènent pas là où on souhaitait aller.


- - -

Alors n'hésitez pas ! Et si vous vous demandez si vous en avez besoin, lisez Quand demander de l'aide ?

Gabriel
06 33 85 53 27
gabrielbrabant@yahoo.fr

"Ton offre est-elle pertinente ?"

Je rebondis sur le deuxième commentaire d’Anonyme à mon article sur le soutien scolaire en classes prépas pour vous parler de la pertinence de mon offre d'accompagnement. Cet article complète donc la réponse que j'ai faite ici.

En quelques mots, le témoignage d'Anonyme montre justement la pertinence de mon offre d'accompagnement.

Pour citer ses mots, les élèves de classes prépas : " ne prennent aucun recul, pensent seulement au prochain DS, à remonter leur moyenne, etc.. ils n'ont presque jamais de projets professionnels et cela est flagrant quant à bac+5 en école de commerce ou d'ingénieur, ils ne savent toujours pas quoi faire ou suivent les autres par effet moutonnier (audit, conseil en strat, Fusac notamment)".

Un ami m'a indiqué le même problème pour des élèves en Master à l'université qui préparent le concours de Sciences Po sans savoir quel métier ils veulent faire.

De nombreux élèves d'école d'ingénieurs font une école de commerce ou un Master 2 à l'Université après leur école, soit parce qu'ils ne veulent pas travailler comme ingénieur (erreur d'orientation ?) soit parce qu'ils ne savent pas quel métier faire et ont ainsi un an de plus pour décider.

Est-ce une situation normale ?
Est-ce une situation épanouissante ?
N'est-ce pas dangereux de faire des études sans savoir vers quel métier on va ?

Hier soir, j'ai discuté avec un jeune élève qui veut "faire prépa". Parce que ça montrerait à sa famille qu'il a réussi. Ça "l'aiderait à avoir confiance en lui" m'a-t-il expliqué.

Je ne pense pas que les classes prépas peuvent constituer un but en soi. Elle doivent être le moyen de faire les études qui conduisent au métier que l'on souhaite exercer. A un moment de son parcours, pour des raisons qui sont les siennes, l'adolescent ou le jeune adulte se pose la question de son orientation, de ses choix, de son futur métier.

Ce moment de prise de conscience est parfois difficile à vivre. Surtout si toutes les décisions précédentes avaient été prises par les parents ou "pour leur faire plaisir". L'accompagnement peut aider l'adolescent à se déterminer et à convaincre ses parents de ce qui est bien pour lui.

Maintenant, je vais aborder ici la question suivante :
"penses-tu que ton parcours académique et professionnel pourrait motiver un élève ayant un minimum de prétention à utiliser tes services (payants je pense?)?"

mardi 17 mars 2009

Comment se passe l'accompagnement ?

Vous avez lu Quand demander de l'aide ? et vous souhaitez être accompagné(e) pour gérer les difficultés que vous rencontrez.

Prenez contact avec moi par téléphone 06 33 85 53 27 ou par mail gabrielbrabant@yahoo.fr pour que nous puissions convenir d'un rendez-vous.

Lors du premier rendez-vous, vous m'exposez la situation et les difficultés que vous rencontrez. Nous définissons les objectifs de notre travail ensemble et je vous explique comment nous allons nous y prendre.

A l'issue de ce premier entretien, vous décidez si ce que je vous ai présenté vous convient pour atteindre vos objectifs.

Le plus souvent, je vous accompagne au rythme d'un rendez-vous tous les 15 jours pour obtenir et maintenir dans la durée de meilleurs résultats.

Gabriel Brabant
Accompagnement individuel et Coaching


Plus d'infos :

Quand demander de l'aide ?

Pour démarrer un accompagnement, il faut ressentir le besoin de se faire aider pour une difficulté qu'on n'arrive pas à surmonter ou pour une situation qui nous dépasse. Il est aussi possible de vouloir trouver une solution à une impression de découragement ou d'échec.

Ainsi, un élève qui est en train de décrocher, qui n'arrive plus à se mettre au travail ou qui s'interroge: "qu'est-ce que je fais là ?" aura de grands bénéfices à simplement "faire le point".

En maths sup, je me suis tourné vers mon prof de maths qui m'a répondu : "Ne te pose pas de question, bosse !"

C'est la plus mauvaise réponse que je connaisse. Est-ce aussi la seule qu'un prof peut faire ? En effet, commencer à se poser la question en prépa, c'est peut-être prendre déjà le chemin de la sortie.

Alors pourquoi prendre le temps de faire le point ?

Le plus tôt, c'est le mieux. Certains élèves savent ce qu'ils veulent faire comme métier. Le plus grand nombre se contente de répondre "je sais pas". Quand la question se pose, il faut trouver des éléments de réponse, construire un projet professionnel et trouver les études qui vont avec.

Attendre de sortir d'école d'ingénieur, de commerce ou de Master 2 d'histoire pour s'interroger sur le métier que l'on veut faire, c'est trop tard.

Si vous êtes inquiet, que vous ne savez plus pourquoi vous faites les études que vous avez commencées, gagnez du temps : faites le point dès maintenant. En quelques heures, vous retrouverez le sens des efforts que vous faites ou vous construirez les passerelles qui vous emmèneront vers le bon métier !

En sachant où vous voulez aller, vous trouverez l'énergie et la motivation pour réussir vos études !

Je peux vous aider en étant simplement un interlocuteur neutre (ni votre prof, ni vos parents), et à votre écoute. Je suis formé pour vous permettre de mieux comprendre vos envies, vos peurs, mieux faire la part des choses entre du découragement ponctuel et votre motivation de fond, à travers le dialogue.

Je vous indique dans le post suivant comment se passe l'accompagnement.


lundi 16 mars 2009

Qui suis-je ?

Pour répondre au commentaire d'Anonyme qui me demande mon "profil académique", j'ai mis une petite rubrique à droite, avec une présentation rapide de mon parcours. Voici quelques éléments pour compléter cette description et répondre à votre curiosité bien légitime !

Je m'appelle Gabriel, j'ai 29 ans, je suis marié et j'ai une petite fille de six mois. J'habite à Issy-les-Moulineaux, à côté de Paris.

J'ai fait maths sup MPSI et maths spé PSI* au Lycée Pothier à Orléans. Puis 5/2 (la 2e maths spé) en PSI* au Lycée Lakanal à Sceaux. Entre les deux lycées, j'ai pu voir la différence d'impact entre une approche "marche ou crève" et un enseignement avec la philosophie "vous êtes tous là pour réussir".

En 2000, j'ai intégré l'école Télécom Bretagne et j'ai fait une partie du cursus à l'étranger : en Australie et à Londres. Là aussi, j'ai pu noter la différence entre une hiérarchie "prof-élève" et une collaboration entre les élèves et les profs pour travailler ensemble sur un projet commun.

Je suis ingénieur depuis 2003 et j'ai travaillé comme ingénieur d'affaires, avant-vente et formateur.

En parallèle, j'ai fait du théâtre, des court-métrages. Je me forme au Coaching et à l'analyse transactionnelle au sein d'Atorg.

Cette offre de Coaching s'inscrit dans une offre plus globale d'accompagnement des étudiants et jeunes professionnels dans leur orientation, motivation, épanouissement et réussite !

Vous pouvez prendre contact par mail gabrielbrabant@yahoo.fr ou téléphone 06 33 85 53 27 ou laisser un commentaire.

Merci et à bientôt !

Mode d'emploi de la prépa

Bonjour,  C'est à vous de faire votre propre "mode d'emploi" de la prépa selon ce qui "marche" pour vou...