mercredi 24 avril 2013

Les classes prépas dans les médias : controverses et polémiques

Les classes prépas dans les médias : controverses et polémiques

Bonjour,

Les classes prépas sont régulièrement mises en cause pour diverses raisons. Hier soir, j'ai lu l'article du blog du Monde dont vous trouvez un extrait ci-dessus.

Je me rends compte qu'il peut être de plus en plus compliqué d'évoluer dans le monde des classes préparatoires aujourd'hui.

En effet, nous croyons avoir accès à l'information et être consciencieusement renseigné sur de nombreux éléments pour prendre nos décisions ou choisir au mieux. Pour nous-même ou pour nos enfants.

Lundi soir, j'ai reçu en rendez-vous - c'est un bien grand mot puisque nous nous sommes retrouvés dans un café sur la place de la Convention pour un entretien autour d'un Perrier en terrasse - la mère d'une étudiante de "Stan".

Nous avons évoqué les enjeux du passage en deuxième année. Du choix de l'option SI par rapport à la chimie. De l'opportunité de faire un dossier dans d'autres lycées parisiens, comme Janson de Sailly et Chaptal, en cas de refus de passage en 2e année au Lycée Stanislas. De la classe "étoile" du Lycée Fénelon Sainte Marie...

Nous avons également évoqué l'opportunité de reprendre ou de poursuivre dans les écoles à prépa intégré. ISEP, ECE à Paris. UTC à Compiègne. INSA à Lyon avec son recrutement très stricte.

Comment faire la part des choses ?
Faut-il croire les classements ?

C'est sur ce dernier point que je trouve l'article de Nathalie Brafman dans Le Monde et les commentaires associés particulièrement éclairants.

Je retiens en particulier le commentaire de Louis :


Voici donc des éléments de réponse en ce qui concerne les classement "étonnamment bons" de certains établissements...

Dans d'autres cas, les moyens marketing et pub mis en place pour promouvoir une formation peuvent simplement mettre la puce à l'oreille. Charge ensuite de vérifier la qualité de l'enseignement et les débouchés lors des entretiens et des rencontres.

De mon côté, en ce qui concerne l'offre proposée sur ce site de trouver ensemble des solutions aux difficultés que vous rencontrez, je mesure simplement la difficulté à distinguer les offres de qualité des prestations peu qualitatives pourtant présentées à des tarifs très élevés.

Je mesure aussi régulièrement l'écart entre les étudiants "boostés aux hormones" : bouquins, stages à la Toussaint, "stage" de maths tous les vendredis, cours particulier en maths, en physique, parfois les deux... et maintenant le "coaching" comme le mien ou celui d'autres prestataires "coachs de maths = prof de maths + coach sportif"... et les autres.

En 1997 - 2000, l'écart pouvait simplement être l'accès aux bouquins de cours, d'exercices, les "Méthod'X" et la qualité du travail en petit groupe à l'internat au lieu de se retrouver seul chez soi.

Souvent, je me prends à regretter l'époque où les sujets - et surtout leurs corrigés - étaient quasiment introuvables : d'où l'obligation de chercher. Aujourd'hui, le sujet des concours des Mines est mis en ligne le soir-même de l'épreuve et je le retrouve directement dans mon "fil d'actualité" Facebook...


Heureusement, ce qui est important, c'est qu'aujourd'hui, un élève qui se pose des questions sur la prépa, commence à perdre confiance en ses capacités ou se sent découragé peut trouver de nombreuses ressources pour prendre du recul ou trouver de l'aide. 

L'essentiel de mon accompagnement consiste également à trouver la meilleure manière de travailler pour chacun pour éviter de tomber dans les "formules toutes faites d'un succès garanti" (garanti surtout pour la maison d'édition... )

A bientôt !

Gabriel
PS : ma réaction à l'article directement sur le Blog du Monde


Mode d'emploi de la prépa

Bonjour,  C'est à vous de faire votre propre "mode d'emploi" de la prépa selon ce qui "marche" pour vou...