vendredi 30 janvier 2009

Le manque de sommeil



Le manque de sommeil est une des réponses que vous donnez au sondage sur les difficultés rencontrées en classes prépas sur ce blog.

Je discutais justement hier avec Hugues, maintenant élève à Polytechnique, des pratiques du Lycée Sainte Genevière à ce sujet. A l'internat du lycée Sainte Geneviève, me disait-il, l'heure limite pour se coucher est fixée à 23 heures en maths sup...

Quand on connait le taux de réussite des classes prépas de ce lycée prestigieux, ça laisse rêveur.

Surtout quand je pense au nombre de mes amis de prépas qui se couchaient tard pour travailler. Roland, par exemple, montrait les limites de cette idée. En effet, fatigué, il se couchait entre 20h et 22h, mettait un réveil, et travaillait entre 22h et 2h du matin. Le lendemain, il somnolait en cours, et recommençait.

En fait, en quelques semaines à ce rythme, les capacités de concentration et de mémorisation tombent à un niveau très faible. L'impression d'avoir "bien travaillé", c'est-à-dire d'y avoir passé beaucoup de temps, n'y change rien.

Aux élèves des classes prépas comme aux autres, j'ai envie de dire : faites preuve de bon sens, couchez-vous raisonnablement tôt, soyez attentifs en cours, travaillez efficacement et rapidement. Ce n'est pas le temps passé devant un DM qui fait la qualité des réponses !

Reposez-vous bien ce week-end,

Gabriel
Coaching et Accompagnement individuel
06 33 85 53 27

jeudi 29 janvier 2009

Le Coaching à toutes les sauces ?

Acadomia propose maintenant du "Coaching parental". S'agit-il vraiment de Coaching ? Ils proposent des ateliers avec "des conseils, des outils, des techniques simples pour améliorer au quotidien la relation adultes/enfants."

Le Coaching ne se résume pas à un ensemble de conseils, outils et techniques pour mieux faire une chose ou une autre. L'idée du Coaching, c'est d'accompagner le client dans la réalisation de ses objectifs.

Nous prenons ensemble de temps de déterminer les objectifs et les difficultés rencontrées. Ensuite, le client réfléchit aux moyens qu'il peut trouver et mettre en place. Le Coach l'accompagne par son questionnement. A aucun moment le Coach n'indique à son client qu'il devrait choisir une option plutôt qu'une autre.

Quand Super Nanny dit aux parents ce qu'ils doivent faire, ce sont des conseils, des techniques, des trucs. Quand Acadomia propose des ateliers avec des "conseils et des techniques simples", il ne s'agit pas de Coaching. Le Coaching consiste à accompagner le père ou la mère dans sa recherches de solutions personnelles et adaptées à sa situation particulière.

Ce qui m'inquiète dans la prolifération de l'offre de Coaching, c'est que mon offre soit mal comprise. En effet, je ne vous donnerai pas des "trucs" pour gérer votre stress et pour réussir vos classes prépas ou vos études.

Mon offre consiste à vous aider à réfléchir sur les causes de votre stress, ou de revenir aux sources de votre motivation pour retrouver un sens à vos études.

Il s'agit donc de connaissance de soi, de retrouver confiance en soi, de construire soi-même ses solutions. Pas de déléguer à une tierce personne la réflexion et le choix des solutions à apporter à un problème donné !

N'hésitez pas à réagir à cet article et à me donner votre avis,

Gabriel
gabrielbrabant@yahoo.fr

jeudi 22 janvier 2009

J'ai un problème de motivation jusqu'à ce que j'aie un problème de temps

Petit clin d'oeil à un groupe Facebook, la faute d'orthographe qui désespère la créatrice du groupe en moins...

Ce groupe est excellent et a plus de 167 000 membres !

Le clin d'oeil, le voici :


Je l'ai trouvé sur l'excellent blog de Sylvaine Pascual

A bientôt !

Gabriel

mardi 20 janvier 2009

Quel accompagnement pour quelles difficultés en Classes Prépas ?

A la sortie du lycée Buffon, j'ai demandé à des élèves des classes prépas s'ils avaient des difficultés.

"Nous avons tous des difficultés, m'ont-ils répondu :
  • le stress
  • la quantité de travail
  • le manque de sommeil
  • la démotivation
  • la perte de confiance en soi
  • le manque d'organisation, de gestion des priorités"

Le sondage proposé au lancement de ce blog indique que quand vous rencontrez des difficultés, vous préférez vous débrouiller seul ou demander de l'aide à vos amis.

Pourtant, il est parfois difficile de parler de ses difficultés en prépa :
- Vos amis qui ont choisi d'autres études ne se rendent pas forcément compte de ce que vous vivez.
- Les élèves de votre classe sont parfois en compétition avec vous et vous ne souhaitez pas leur montrer vos faiblesses.
- Vous préférez rassurer vos parents et leur dire : "tout va bien !"
- Vos profs vous répondent parfois simplement : " Travaille et ne te pose pas de questions !"

En classes prépas, il est normal de faire des efforts pour réussir. Néanmoins, certains élèves sont parfois en grande difficulté parce qu'ils perdent confiance en eux et ne savent plus quoi faire.

Pour eux, je propose une offre d'accompagnement
qui permet :
- de reprendre confiance en soi
- de retrouver un équilibre entre le travail, le stress et les moments de détente et de repos
- de parler des difficultés rencontrées.

Pour d'autre, il s'agira simplement de gérer le stress des concours, à l'écrit et à l'oral. Certains ont besoin de revoir l'organisation de leur travail pour aller à l'essentiel et ne pas se laisser déborder.

Je suis à votre disposition pour toutes questions que vous pourriez avoir sur ma démarche.

A bientôt,

Gabriel








mercredi 14 janvier 2009

Glander en Classes Prépas ?

Les Classes préparatoires sont une période souvent difficile à cause de la quantité de travail demandée. Les élèves qui constituent leurs dossiers pour y entrer le savent. Souvent, ils ont déjà d'excellents résultats au lycée et ils savent ce que travailler veut dire. Seuls quelques-uns d'entre-eux ont des "facilités" et ont de très bons résultats sans travailler beaucoup. Mais travaillent-ils si peu qu'ils ne le disent ?

En tout cas, en classes prépas, il faut travailler. Tout le monde le sait. Certains décident de ne pas faire les classes prépas, "parce que c'est trop dur". Alors une question se pose : Pourquoi les profs partent-ils du principe que leurs élèves ne bossent pas ?

A moins que ce ne soit tout simplement jamais assez ?

Et si les élèves en classes prépas travaillaient autant qu'ils peuvent ? Après tout, ils ont choisi ces classes pour entrer dans une école qu'ils souhaitent ! Peut-être qu'ils glandouillent parce qu'ils ont besoin de se reposer ? Peut-être qu'ils glandouillent parce qu'ils n'arrivent pas à se mettre à ce DM qu'ils doivent rendre dans deux jours ?

Je me souviens de soirées passées au cinéma la veille de DS parce que j'étais tellement stressé que je ne pouvais plus travailler. Etais-je pour autant un glandeur ?

Sylvaine Pascual m'a indiqué ce matin de quoi il s'agit : la procrastination. Remettre à plus tard ce que l'on doit faire. Préférer jouer aux jeux vidéos au lieu de préparer la dissertation à rendre.

Nous pourrions avoir un autre regard sur "la glandouille" si nous prenions conscience que ce qui se joue, c'est peut-être la confiance en soi, l'estime de soi, l'impression que "je ne vais pas y arriver"?

Si vous vous reconnaissez dans cette description, n'hésitez pas à prendre le temps de laisser un commentaire ! Et si vous voulez en discuter, appelez-moi !

Gabriel
06 33 85 53 27

lundi 5 janvier 2009

Objectif : Classes prépas !

J'accompagne en ce moment des élèves qui souhaitent entrer en Classes Préparatoires.

Le contexte est spécifique : ils sont arrivés à Janson de Sailly après un collège d'Argenteuil et de Creil. Ils avaient d'excellents résultats dans une classe de niveau moyen. L'arrivée dans les classes de Janson de Sailly, de très haut niveau, est rude.

Il faut qu'ils retrouvent leurs excellents résultats rapidement pour constituer de bons dossiers pour leur candidature en Classes Prépas.

La démarche est la même que celle qui consiste à accompagner un élève qui vient d'avoir la mention très bien et qui se retrouve parmi les derniers de sa classe prépa dans un lycée prestigieux.

Les problèmes rencontrés sont la perte de motivation, voire de confiance en soi. Continuer les efforts malgré les résultats faibles (et les notes parfois très basses en prépas). Garder à l'esprit l'objectif et les souhaits professionnels qui ont conduit à choisir les classes prépas.

Vous souhaitez entrer en Classes Prépas. Vous voulez prendre les bons réflexes dès maintenant. Vous avez des questions sur ce qui vous attend : n'hésitez pas à me contacter.

J'habite Paris 15e et je suis mobile sur l'Ile de France. Je réponds aussi à toutes vos questions par mail !

Gabriel
06 33 85 53 27
gabrielbrabant@yahoo.fr

Mode d'emploi de la prépa

Bonjour,  C'est à vous de faire votre propre "mode d'emploi" de la prépa selon ce qui "marche" pour vou...