vendredi 2 février 2018

Les classes prépas et les écrans



Bonjour, 

Je ne sais pas si vous avez eu l'occasion de regarder l'émission Envoyé spécial du 18 janvier et en particulier le sujet sur les écrans.

https://www.francetvinfo.fr/sciences/high-tech/video-accros-aux-ecrans_2566141.html

Le documentaire commence sur l'impact sur les très jeunes enfants et se poursuit sur nos addictions d'adultes, les applications et autres fils facebook étant conçus pour nous rendre accros à la dopamine qu'ils déclenchent. 

Pour moi, ça a été une prise de conscience et j'ai choisi de désactiver mes comptes facebook et twitter. 

Pour mes enfants, c'est une confirmation de ce que nous ressentions intimement : nous n'avons pas de télévision à la maison et nous limitons les dessins animés à 20 min deux à trois fois dans la semaine. 

Parfois, j'aimerais céder et leur mettre une vidéo en voiture pour les faire taire pour les longs trajets. Nous avons arrêté il y a quelques années quand notre aînée à l'âge de 4 ou 5 ans, après 1h de lecteur DVD en voiture, s'était retrouvée presque "hébétée" ou s'était en tout cas sentie très mal.

Auprès de voisins qui ont un petit garçon de 2 ans 1/2 qui était trois à quatre fois par jour, soit devant les dessins animés, soit sur le smartphone de son père, j'ai témoigné il y a quelques semaines de ce que j'avais déjà entendu : qu'il fallait enlever les téléphones et les écrans aux enfants. Depuis, il se met à parler un peu plus normalement. 

Et vous, en classes prépas, quel est votre utilisation des écrans ? Combien de temps passez-vous sur vos smartphones ?

Entre 1997 et 2000, très peu d'écrans. Nous n'étions même pas équipés d'ordinateurs portables comme c'est certainement le cas aujourd'hui. Nous nous rattrapions en école d'ingénieurs : des copains ont passé des jours et des nuits à jouer en réseau sur CounterStrike pendant des semaines entières. 

En ce qui me concerne, je n'aime pas le sentiment d'avoir "perdu du temps". J'ai installé le jeu un vendredi soir à 20h. A minuit j'arrêtais et je le désinstallais. J'ai mesuré à quel point c'était facile de "tomber dedans" et d'en vouloir toujours plus. 

L'émission Envoyé Spécial explique le fonctionnement des applications et des"récompenses" - les "like" de Facebook ou les "flammes" de snapchat - sur le cerveau. Le déclenchement de la dopamine donne envie de toujours plus.

Je le reconnais volontiers pour l'avoir vécu ces dernières semaines et ces derniers mois. C'est d'autant plus facile et agréable que j'étais abonné aux pages des sujets qui m'intéressent. Permaculture. François Ruffin à l'Assemblée Nationale. La parentalité bienveillante. 

Il y avait tous les soirs des vidéos à regarder ou des articles à lire sur les sujets qui m'intéressent.

En classes prépas, je n'avais - et nous n'avions - ni smartphone, ni ordi, ni télé à l'internat. C'était bien plus facile de résister à la tentation que chez soi, peut-être.

Nous n'avions pas d'écrans, pas d'accès aux corrigés ou au cours sur internet, non plus. Du coup, nous n'avons peut-être pas vécu les mêmes classes prépas. Contrairement à ce que je pensais pour pouvoir vous accompagner au mieux dans ce que vous vivez.

Jusque là, je n'avais pas pensé à poser la question aux élèves que j'accompagne, ou si peu. Je vérifiais parfois "la qualité des pauses". Il vaut mieux aller marcher ou discuter avec sa famille ou ses amis que d'être sur internet, sur son smartphone ou de jouer aux jeux vidéos. 

Quand je regarde cette émission, je me rends compte que l'abus d'écrans peut tout à faire être source d'échec en prépas. 

Et vous, avez-vous besoin de passer beaucoup de temps sur votre téléphone ?
Passez-vous des heures sur internet, facebook, instagram ou snapchat ?



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci de laisser un commentaire !

Pas facile d'aider les élèves des classes prépas

Bonjour,  Aider les élèves des classes prépas n'est pas facile. La première raison, c'est que la culture des élèves des classes...