samedi 4 janvier 2014

La motivation

Bonjour,

Quelquefois, vous n'avez pas le courage de vous mettre au travail. Ensuite, vous vous en voulez de ne pas avoir assez travaillé, vous regrettez de ne pas vous y être mis plus tôt...

Certains appellent cela la procrastination : faire plein de choses sauf ce qu'on a à faire. C'est très bien décrit dans certains blog et sites. J'avais même repris une vidéo amusante sur le sujet il y a quelques années.

En ce qui me concerne aujourd'hui, quand je ne réussis pas à me mettre au travail, il me semble souvent pertinent de m'interroger sur ce qui bloque. Ça peut être l'occasion de revenir sur ce qui est vraiment important pour nous, de réfléchir au projet qui sous-tend les actions que vous mettez en place chaque jour.

En effet, si vous êtes "dans le doute" en prépa, il faut que vous sachiez - et vous le savez déjà - que vous êtes en concurrence avec des élèves et des étudiants qui savent exactement pourquoi ils sont là et qui bossent tous les jours, le plus possible, pour obtenir le concours ou l'école qu'ils visent.

Vous pouvez également relativiser en prenant conscience que, contrairement aux apparences, vous êtes quelques milliers chaque année dans le même cas en classes prépas.

Quand j'ai commencé à me demander ce que je faisais en prépa, j'en ai parlé à mon prof de maths. Il m'a répondu : "Ne te pose pas de questions, bosse".

Il avait à la fois tort et raison.

En fait, pour réussir les classes prépas, il a bien fallu que "globalement", je me plie à ses conseils. J'ai donc travaillé autant que j'ai pu. Même aller au cinéma, au théâtre ou discuter avec des copains quand je n'en pouvais plus restait un moyen de continuer et d'aller au bout. En troisième année, j'ai senti la différence : j'étais dans un environnement qui me convenait mieux, j'ai travaillé régulièrement avec un binôme, je me sentais valorisé et confiant dans l'idée que j'allais avoir une bonne école.

Par contre, il avait également tort, parce que j'ai ramé, autant que j'ai pu, mais pas forcément dans la bonne direction. J'aurais peut-être été bien meilleur, pour les mêmes efforts, dans les classes où les matières ou le mode de fonctionnement auraient été mieux adaptés pour moi : des sujets plus cohérents avec mes centres d'intérêt et mes points forts, un rythme plus lent, des enseignants qui auraient eu une approche plus valorisante et moins cassante...

Quand je suis arrivé en école d'ingénieur, c'était pire. Je devais aller à des cours qui ne m'intéressaient pas beaucoup, mais surtout, on m'avait assuré que ce serait "super".

Vous pouvez donc profiter de ce signal qui vous est envoyé pour identifier ce qu'il vous faut pour bien travailler :
  • une bonne organisation
  • une bonne raison de travailler : 
    • Savez-vous quel métier vous voulez faire ? 
    • Avez-vous identifié quelles écoles vous permettent d'y accéder ?
      • Si vous avez répondu "ingénieur" à la première question, que mettez-vous derrière le mot ingénieur ? 
      • Si vous avez répondu "je veux faire une école de commerce" très bien, mais pour quel métier ?
Si pour vous, ces questions "bloquent". Si ce sont des sujets difficiles à aborder en famille ou avec vos profs, sachez que ce sont des enjeux qui reviennent dans tous les coachings. Ils peuvent apparaître en toile de fond ou être le centre du travail, mais dans tous les cas, c'est un élément essentiel de la motivation qui vous permettra de traverser sans trop d'encombres les pièges de la prépa.

Avec le projet professionnel - source de motivation qui se situe plutôt dans l'avenir - vous avez également des leviers de motivation au quotidien :
  • goût pour les matières étudiées
  • plaisir trouvé en travaillant
  • dépassement de soi
  • compétition avec les autres
  • résultats encourageants, bons ou très bons aux colles et DS
  • sursaut d'orgueil après une mauvaise note ou un mauvais classement
  • encouragements de vos parents, de vos profs
  • fierté de votre grand-mère
  • engueulade de vos parents, de vos profs
  • ...
 Avez-vous connaissance de vos leviers de motivation personnels ?

En ce qui me concerne, j'ai trouvé un équilibre avec :
  • le gout pour les matières étudiées
  • plaisir à travailler avec mon binôme
  • encouragements des professeurs
  • interdiction de mes tantes de faire 5/2 parce qu'il vaut mieux une petite école maintenant que de pêter les plombs en troisième année
  • (et même une rupture amoureuse avant la rentrée de 5/2 qui a fait qu'il fallait bien que je me réfugie dans les maths pour survivre... en grand romantique que je suis...)

Dans les accompagnements que je mène, j'associe
  • une touche subtile de projets à long terme pour surmonter les moments difficiles au quotidien, 
  • un quotidien le plus satisfaisant possible en fonction des leviers personnels des élèves 
    • dans tous les cas : travailler beaucoup ses points forts !!!
    • travailler seul ou à deux en fonction de ce qu'on préfère, et pourquoi pas, alterner !
    • aller à l'essentiel
    • travailler au jour le jour et surtout pas avec trois semaines de décalage (je bosse pour la colle, je bosse pour le DS...)
Et vous, comment faites-vous ?

Bonne journée,

Gabriel Brabant
06 33 85 53 27




7 commentaires:

  1. Bonjour, merci énormément pour cet article si seulement j'y suis tombé plus tôt . Je suis actuellement en 2ème année filière MP et je trouve très très difficile de trouver cette motivation de rester de longues heures à travailler , et j'ai vraiment souffert de ce manque de motivation sans jamais oser m'interroger sur ce qui bloque , et je me suis dit pourquoi ne pas m'informer sur les formations qu'offrent les écoles d'ingénieurs , et quand j'ai commencé à demander conseil à mes parents ou à mes profs c'est la même réponse : "Ne te pose pas de questions , ce n'est pas le moment !! " . Conséquence : je suis complètement perdu et bloqué à quelques semaines des concours . En plus , je n' éprouve aucun plaisir à travailler les maths ou la physique , et je pense sérieusement à changer d'orientation, de peur de souffrir encore plus en école d'ingénieurs. Et merci encore pour votre article :D

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cet article, je suis actuellement en classe prépa, et souvent je me demande ce que je fais là, pourquoi j'ai choisi une voie aussi dure, alors que je n'ai aucun objectif en vue... A la base, je suis venu en prépa parce que j'aime bien la physique et que j'avais des bonnes notes dans toutes les matières, mais je ne savais pas vraiment ce que je voulais faire. Je crois que j'ai été influencée par mon entourage (mes parents) qui m'ont dit que le prépa est ce qu'il y a de mieux à faire, et comme je ne savais pas ce que je voulais faire, j'ai suivi leurs conseils. L'ennui, c'est que je n'ai aucun objectif, aucune motivation pour travailler vu que je ne cherche pas à entrer dans une école en particulier. Je ne sais pas quoi faire pour tenir ! Comment retrouver la motivation ?

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour,
    peut-être que vous pouvez réfléchir à vos envies de métiers et voir si les classes prépas vous mènent à ces métiers ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, je suis actuellement en classe préparatoire en MP, mais ça ne me plait pas du tout et j'ai beau travailler tout le temps je ne m'en sort pas. Je n'ai plus aucune motivation, parce que mes résultats ne me permettent pas d'envisager une seconde année pour le moment. Faut-il continuer ou arrêter là ?

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour et merci pour votre commentaire,
    Je vous offre volontiers une séance de coaching pour faire le point sur votre situation. A mon avis, si vous avez réussi à tenir jusque-là vous pouvez trouver une place dans une école après les concours. Si vous n'en pouvez plus, c'est autre chose, il vaut mieux arrêter avant de faire un burn-out ou une dépression comme j'en ai encore vus l'année dernière en spé !!!

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour et merci pour cet article! Comme les autres personnes ayant déjà commenté cet article, je suis aussi en classe prépa en MP, 2e année, et je n'ai plus aucune motivation. Je vois les concours arriver à grands pas et je ne sais pas du tout comment gérer ça. C'est bête car je suis la première à soutenir mes amis et à les motiver mais je n'arrive pas à appliquer mes propres conseils sur moi! Je sais que c'est ce que je veux faire, je sais que je veux devenir ingénieure et je sais dans quoi (aérospatial) mais je suis complètement tétanisée. Au début de l'année j'étais très bien classée dans ma classe, mais avec le temps et le manque de motivation, ça a bien baissé et je ne sais plus quoi faire... Quelques conseils?

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour "Anonyme MP 2e année",

    Merci pour votre témoignage. Quand vous dites que vous n'avez plus aucune motivation, vous voulez dire que vous n'arrivez plus à vous mettre au travail ?
    Parce que vous dites un peu plus loin que vous savez que vous voulez devenir ingénieure et même dans l'aérospatial...
    C'est normal que vous arriviez à motiver vos amis... et pas vous même, un certain Joël Guillon (vous pourrez chercher sur le web, il accompagne les Freelance dans le développement de leur excellence et de leur expertise) dit : "On devient expert de son problème".
    De la même manière que vous savez motiver les autres, moi, je me pose beaucoup de questions et je suis devenu expert pour aider les autres à trouver des réponses !
    En ce qui vous concerne, il me semble que vous avez besoin de vous rebrancher sur vos passions et vos envies : 1) Suivez Thomas Pesquet et son aventure comme d'autres suivent le Vendée Globe. 2) Allez passer une journée à la Cité de l'Espace à Toulouse.
    Vous allez revenir reboostée à bloc pour aller réussir les concours !

    Bon courage

    RépondreSupprimer

Merci de laisser un commentaire !

Mode d'emploi de la prépa

Bonjour,  C'est à vous de faire votre propre "mode d'emploi" de la prépa selon ce qui "marche" pour vou...