lundi 6 avril 2020

Surdoué en prépa

Bonjour, 

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, il ne fait pas toujours bon être surdoué en classes prépas. 

En effet, quand la plupart des parents et des professeurs pensent qu'ils en ont "encore sous le pied" parce qu'ils ne se mettent pas vraiment au travail, de nombreux élèves dit "surdoués" ou "haut potentiel" ou "HPI" (pour haut potentiel intellectuel) ou "précoces"peuvent se sentir en souffrance en prépa. 

Pour un site dédié à l'information des élèves présentant ces profils, vous pouvez retrouver l'association Capu créée l'année dernière suite au suicide de Capucine, élève précoce non détectée pour qui la prépa était devenue tellement difficile qu'elle a mis fin à ses jours.

J'en avais parlé dans ces lignes et sa maman, choquée que je puisse mettre son suicide sur le compte de la prépa, m'avait contacté pour corriger les choses.

Voici mon éclairage sur trois éléments qui peuvent constituer des difficultés pour les élèves "Zèbres" en prépa (c'est une autre manière encore de les dénommer, que je choisis pour la suite de ce texte) :

  1. la difficulté à "s'y mettre" justement
  2. la sensibilité
  3. l'intuition du résultat


 1. La difficulté à s'y mettre

Contrairement à ce que pensent les parents ou les profs de l'élève concerné, ce n'est pas toujours par choix qu'il "ne fait rien" en rentrant chez lui depuis des années.

"Il suffirait qu'il s'y mette". 

Certes, la plupart des élèves en classes prépas ont réussi à faire ce qui était attendu d'eux par le système scolaire, puisqu'ils en sont là. Mais au moment où il faudrait travailler deux à trois fois plus, ils n'y parviennent pas. 

En fait, les pauses, les "respirations", la pratique du sport, de la musique ou voir leurs amis leur est indispensable pour se sentir bien mais également pour un bon fonctionnement de leur cerveau. 

Souvent, quand je les ai au téléphone, ils se sentent "asphyxiés", "étouffés", épuisés. Et c'est le cas. Je leur parle souvent de faire des pauses, d'accepter de faire des pauses, d'accepter de renoncer à "travailler tout le temps" - ce qui est régulièrement proposé comme "La Solution" pour réussir en prépa. 

Ce n'est pas le cas pour un élève Zèbre : il a besoin de beaucoup plus que de faire physique et maths puis maths et physique et un peu de SI ou d'info pour se changer les idées. 

Un élève zèbre est souvent touche à tout, curieux de tout, passionné de nombreux sujets. 

En ce qui me concerne, j'ai survécu en passant mes "récréations" avec les hypokhâgnes à parler d'autre chose, mes pauses à lire des bouquins de psychologie, mes repas d'internat avec mes cousin et amis en khâgne à Lakanal. En allant au cinéma avec José le samedi soir. En partant à l'étranger pendant l'été. 


2. La sensibilité

Etre sensible n'est pas un atout en prépa. 

Etre sensible, c'est prendre toutes les remarques "générales" pour soi, personnellement. 

Etre sensible, c'est n'avoir aucun recul sur une mauvaise note, une colle qui se passe mal, une remarque ou une critique qui peut "glisser" sur un autre élève. 

Je pourrais développer ici, la sensibilité en prépa et à quel point c'est une souffrance quotidienne. J'y reviendrai peut-être plus tard. 


3. L'intuition. 

Avoir l'intuition du résultat, pendant des années, c'est un atout. 

En prépa, c'est insuffisant : il faut pouvoir le prouver. 

Je vous cite, pour appuyer mon témoignage par cet article, un extrait de "L'enfant surdoué, l'aider à grandir, l'aider à réussir" de Jeanne Siaud-Facchin dont la lecture a déclenché cet article. 

L'intuition mathématique (p104)
L'intuition mathématique qui lui donne les réponses sans qu'il ait développé un raisonnement, les procédures arbitraires de calcul qu'il utilise, l'incapacité à justifier et à argumenter sa réponse uniquement parce que la latéralisation de son cerveau ne lui en donne pas facilement l'accès consituent une entraven lourde de conséquences dans le modèle scolaire.
Ce qui n'a pas été percu comme un problème parce que le Zèbre a "survolé" sa scolarité pour arriver jusqu'en prépa peut devenir une réelle difficulté quand il faut passer dans un modèle 100% rationnel. 

Certains élèves vont jusqu'à avoir l'intuition du résultat - juste par ailleurs - et passer des heures à chercher à revenir aux hypothèses pour coller au modèle prépa.  

A suivre...

Prenez soin de vous !


Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Merci de laisser un commentaire !